Contexte Socio-Politique

Population et Culture

Population

 

Tableau comparatif de la démographie entre la France et la Thaïlande

 

THAILANDE 

FRANCE 

Population (en millions) 

68,55

66

Densité (habitants au km²) 

123

116 

Accroissement naturel de la population 

0,4

1,1 

Indice de fécondité 

1,87

1,73

Espérance de vie (en années) 

72,5

80,9

Urbanisation (en %) 

75,6

43,3

La Thaïlande compte aujourd’hui 68,55 millions d’habitants, ce qui lui donne une densité de 123 hab. /km2. Elle a depuis 1976 réalisé sa transition démographique. L’indice de fécondité, à 1.87, ne permet pas le renouvellement de la population.

Cependant, du fait des années de forte croissance avant 1976, la population reste jeune : 24% des Thaïlandais ont moins de 15 ans et seulement 9.4% plus de 60 ans. L’espérance de vie atteint 72.5 ans.

Même si le pays reste principalement rural (avec un taux d’urbanisation se situant autour de 20%), l’exode rural principalement vers Bangkok, s’accentue à rythme élevé.

La population thaïlandaise est une population homogène. Environ 75% des Thaïlandais appartiennent à l’ethnie thaïe, 14% sont issus de la minorité sino-thaïe (descendants d’immigrants chinois), et 4% sont d’ascendance malaise. Les 7% restants sont constitués par les peuples des tribus montagnardes et d’immigrants récents (Indiens, Laotiens, Birmans).

Les Sino-Thaïs jouent un rôle économique important. Près de 80% des grands groupes thaïlandais sont contrôlés par des familles d’origine chinoise et 19 des 20 familles les plus riches du pays sont sino-thaïes.

 

Culture

La cohésion de la population thaïlandaise repose sur trois piliers fondamentaux : le Bouddhisme theravada, la monarchie et l’appartenance à la nation thaïlandaise.

 

a. La religion

Les différentes constitutions depuis 1932 garantissent la liberté religieuse, et les Thaïlandais se montrent naturellement tolérants en matière de religion. Cependant, Bouddhisme theravâda, dit du petit véhicule (ou enseignement des anciens), pratiquée par 95% de la population, permet d’unifier la nation.

Le bouddhisme est au cœur de la vie sociale des Thaïlandais. Les jeunes hommes, souvent avant d’entrée dans la vie active, ou avant de se marier, doivent passer une période d’au moins trois semaines en tant que moine. Les Thaïlandais considèrent que seuls les hommes qui ont été ordonnés moines ont la sagesse nécessaire pour fonder une famille, et prétendre à un rôle social influent.

Les moines doivent suivre 227 règles, dont celle de ne pas toucher de femme. Ainsi, lorsqu’une femme croise un moine dans un lieu public, il est préférable qu’elle se tienne à distance respectable de ce dernier.

Pour beaucoup d’occidentaux, le Bouddhisme est plus une philosophie qu’une religion, car elle ne comporte pas de Dieu principal. La doctrine du Bouddha (littéralement « l’éveillé ») est une réponse à la douleur née de l’impossibilité de satisfaire ses désirs

La philosophie bouddhiste s’appuie sur quatre principes, appelés « Les Quatre Nobles Vérités”, permettant une pratique correcte et une justesse d’actions personnelles:

  • la souffrance (Dukkha) : La vie n’est que souffrance, imperfection et lutte.
  • la cause de la souffrance (Samudaya) : la souffrance est causée par 3 désirs principaux, qui sont le désir des plaisirs sensuels (Kamathanha) qui force les êtres vivants à créer, le désir de possession des objets (Bhavatanha) qui force les êtres à posséder et le désir pour la disparition des objets indésirables (Vibhavatanha) qui force les êtres à détruire.
  • la fin de la souffrance (Niroda) : après la mort, l’esprit purifié entre dans un état parfait et immortel appelé Nirvana.
  • la Voie du Niroda : voie du milieu se trouvant à mi-chemin entre l’autosatisfaction des plaisirs et l’auto-mortification.

Depuis le 19ème siècle, le pouvoir s’est servi de la religion pour construire l’identité thaïe.. Cependant, la Constitution de 2007, confirmant celle de 1997, réaffirme le principe selon lequel l’Etat n’est tenu à aucune affiliation religieuse.

 

b. La Monarchie

Bien qu’il n’ait qu’un pouvoir constitutionnel limité, le roi Rama IX conserve une réelle autorité auprès de ses sujets. Il a su gagner leur confiance par son attitude sage lors des différents coups d’état qui ont jalonné la vie politique du royaume, en recherchant en permanence une solution pacifique lors de chacune des crises. Il est reconnu pour avoir facilité le passage du pays vers des régimes démocratiques.

Il est aussi à l’origine de grands programmes de développement, comme les travaux d’irrigations, et finance, par ses fonds personnels, des programmes de soutien aux populations défavorisées. A ce titre, il a été récompensé, en 2007, par l’ONU pour son action contre la faim en Thaïlande.

Un visiteur étranger doit être conscient que le roi Rama IX est hautement respecté par les Thaïlandais. En aucun cas, le roi, ou les membres de la famille royale, ne doivent être critiqués. Toute critique ou toute forme d’irrespect est punissable, par la loi, en tant que crime de lèse-majesté, et passible de peines de prison.

 

c. La Nation Thaïlandaise

L’identité nationale thaïlandaise s’est construite depuis le XIVème siècle, avec le premier royaume Thaï, Sukhothai. Elle s’est forgée sur les deux piliers qui sont la religion et la monarchie, mais aussi sur la fierté de résister aux envahisseurs (Birmans et Khmers jusqu’au XVIIIème siècle, et puissance coloniale au XIXème et XXème siècle). L’identité nationale thaïlandaise a cette singularité d’accepter et d’absorber les influences extérieurs. Ainsi, le roi Narai, qui gouverna la Thaïlande de 1656 à 1688 nomma un aventurier grec, Constantine Phaulkon, au poste de premier ministre.

 

Organisation politique et administrative

La Thaïlande est une monarchie constitutionnelle depuis 1932.  La Constitution votée le 24 aout 2007, suite au coup d’état de septembre 2006, confirme la démocratie en Thaïlande et met en place plusieurs organes de surveillance : un Conseil constitutionnel, des juridictions administratives, une commission nationale électorale, une commission des droits de l’homme ainsi qu’une commission anti-corruption.

L’autorité suprême est le roi, mais la constitution thaïlandaise ne lui accorde pas de réels pouvoirs exécutifs  même si le Roi exerce le rôle de chef de l’Etat, des armées et chef religieux. Cependant, il jouit d’une telle autorité morale que ses prises de position ne sont jamais remises en causes.

Le pouvoir législatif est détenu par l’Assemblée Nationale (Rathasapha), elle-même divisée en deux chambres :

- la Chambre des Représentants qui compte 500 sièges. Les membres de cette chambre sont désignés par vote populaire tous les 4 ans.

- le Sénat qui compte 200 sièges. Les sénateurs sont élus par le peuple et la durée de leur mandat est de 6 ans. Le Sénat est le seul habilité à modifier la constitution du pays.

Sur le plan juridique, la Cour Suprême est composée de juges nommés par le roi.

Le pouvoir exécutif est placé sous l’autorité d’un premier ministre, actuellement M. Samak Sundaravej, depuis février 2008.

La Thaïlande dispose d’une administration stable dans la mise en ouvre de la politique économique. Cependant, son organisation complexe tend à ralentir le processus de décision.

La Thaïlande est découpée en 76 provinces (Jang-waat), elles-mêmes subdivisées en districts (Ampher), puis en sous districts (Kangampher), et enfin en communes (Tambun), qui comportent plusieurs villages (Moubaan).

Les provinces (à l’exception de celui de la métropole de Bangkok) sont dirigées par un gouverneur nommé par le ministre de l’Intérieur pour 4 ans. L’agglomération de Bangkok dispose d’un statut particulier, puisque son gouverneur est élu au suffrage universel.

Les partis politiques de Thaïlande sont nombreux et mouvants. Sur plus de 155 partis fondés depuis 1946, seuls une douzaine de partis existent encore de nos jours en Thaïlande dont 4 seulement ont un véritable poids politique : le Parti démocrate, le Parti des aspirations nouvelles, le parti du développement national et le Parti pour le Pouvoir au Peuple (PPP), au pouvoir actuellement.

 

© 2017 Franco-thaï Chamber of commerce

    • Facebook
    • Instagram
    • Twitter
    • Linkedin